France

Escapade à Mèze et ses environs


Avoir envie de descendre dans le Sud, de retrouver le soleil, l’air marin et de profiter de quelques jours en famille, entre femmes de 3 générations différentes et pourtant proche. Tel était en ce début de mois de mai la destination qui nous attendait dans notre train à destination de Mèze. Quelques jours pour découvrir ses environs, ses spécialités et remplir notre tête des paysages de cette région chaude avant les prochaines vacances.

Mèze n’est pas au bord de la mer, mais au bord de l’étang de Thau, ce qui lui donne un vrai charme de petit port de pêche tout en gardant un air pittoresque des petites villes du sud. La ville s’étend et ne cesse de grandir, définissant différents quartiers. C’était pour nous notre point d’ancrage pour partir à la découverte et déguster nos trouvailles de la journée.

Notre premier arrêt ? Marseillan et sa fabrique du Noilly Prat ! Le Noilly Prat est un vermouth qui se consomme à l’apéritif mais peu aussi agrémenter les réalisations culinaires. Nous avons eu le droit à une visite privative du lieu (la chance d’être légèrement hors saison). Nous commençons par la visite de l’entrepôt des énormes fûts, et ce qui m’impressionne le plus ce sont les anecdotes. Comme lorsqu’on nous explique comment les personnes devaient entrer dans le fût pour le nettoyer et qu’il fallait faire attention avec les vapeurs d’alcool. J’aime à m’imaginer comment les personnes faisaient, leurs vêtements d’époque… Nous passons ensuite dans la cour où les tonneaux, plus petits cette fois, sont alignés pour subir l’air marin. Les micelles travaillent, avant de recevoir les épices et créer le subtil breuvage. Son goût sucré et épicé m’a beaucoup plu ! J’ai même eu le droit à une petite dégustation d’un Noilly Prat « on the rock » avec un zeste d’orange et d’un foie gras préparé avec cet alcool. Un ré-gal !

La construction type des villages est d’avoir le cœur historique en circulades. C’est-à-dire construit en cercle autour d’une église ou d’un château. Nous nous sommes balader dans quelques-un, guettant les petites particularités d’une façade, une porte entre-ouverte pour apercevoir l’intérieur d’une de ces grandes bâtisses. Certaines ont leurs escalier à ciel ouvert, d’autres conservent des voûtes dans leurs entrées, toutes renferment un charme mystérieux. Ci-dessous un exemple de la veille ville de Pezenas :

Pour prendre de la hauteur, nous partons marcher dans l’arrière pays. Direction les vestiges de l’abbaye Saint Felix de Monceau, qui nous attend sous un ciel orageux. Sa grandeur passée nous fait face, et son jardin entretenu nous offre une vue sur Sète, la mer, l’étang et son parc à huîtres.

La nature a ici un charme fou et imprègne le paysage de son histoire. Nous nous en rendons bien compte lorsque nous partons vers les Cévennes. Là-bas, ou plutôt là-haut, s’offre à nous la nature dans toute sa puissance. Capable au fil des années de construire le paysage, puis de l’abandonner pour poursuivre sa route. Tel est le cas au Cirque de Navacelles.

Depuis le belvédère des Blandas, nous admirons ce roc esseulé par le cours de la Vis qui a depuis changé de cap. Le vertige me prend facilement alors que je tente de réaliser quelques clichés, mais la vue est époustouflante. Un sentiment de grandeur, d’espace, l’envie de crier pour provoquer un échos improbable. Puis nous descendons pour aller toucher au plus près les éléments. c’est un vrai plaisir pour les randonneurs, et en bas, la Vis qui apporte la fraîcheur.

Sur le retour, un autre site historique nous arrête : la Couvertoirade. Une cité des Templiers qui nous transporte au milieu des secrets et de son ambiance mystique. Je n’avais qu’une envie : partir à la recherche de leur trésor ! Mais la pluie nous a rattrapé et certains endroits devenaient glissants.

Que mange-t-on au bord de l’étang de Thau ? Des huîtres me direz-vous ! Alors oui, il y a les fameux parcs à huîtres qui changent de couleur au grès du soleil ou des nuages. Il y a aussi les moules ou encornets farcis, les tielles… Tout un programme pour les papilles ! Nous avons passé la dernière journée à Bouzigues pour apprécier cette gastronomie et les derniers clichés de l’étang de Thau.

C’est les valises pleines de tielles que je retrouve Paris, avec encore un petit goût de sel sur la peau…

Vous avez apprécié cet article ? Enregistrez-le sur Pinterest !

 

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Barbatrucs
    15 août 2017 at 17 h 37 min

    J’adore Mèze et lire ton article m’a rappelé pleins de souvenirs

    • Reply
      TheLittleBowIdea
      16 août 2017 at 10 h 10 min

      Bonjour Barbatrucs ! Contente que cela te plaise, bonne journée !

    Leave a Reply