Cet après-midi j’ai accompagné l’Homme au golf. D’habitude j’amène un livre et je profite du club house pendant que monsieur va faire son parcours 9 trous (oui cela fait très Madâaame). Mais l’Homme l’a bien compris, il faut tenter des nouvelles expériences ! Alors cette fois-ci je n’y coupe pas, direction le parcours de « put« .

Mes péripéties au golf : le Put !

J’avais déjà pu taper la balle à New York sur le practice des bords de l’Hudson (assez mémorable d’ailleurs, la balle ne voulait pas décoller, quelle coquine !). Ici, l’exercice est différent, il faut de la précision et de la concentration. Mesurer la distance, la force de sa frappe, et l’inclinaison du terrain. Que de paramètres me direz-vous ! Sans compter qu’il faut faire attention à sa position (genoux légèrement fléchis) et à la prise en main du club de golf ! Après quelques mouvements  dans le vide, histoire d’enregistrer toutes ces indications, c’est parti ! Un peu trop loin, un peu trop court, la balle se rapproche puis hop elle disparaît dans le trou. Très fière de moi je regarde l’Homme en mode: « tu vois ce n’est pas si compliqué ! » Et lui de me répondre en souriant:  » C’est encore loin pour un par ! ».

[easingslider id= »558″]

Mes péripéties au golf : le Parcours !

Après cet échauffement, direction le fameux parcours! Mais là je suis simple spectatrice, car pour pratiquer il faut être membre du club ou avoir passé sa carte verte (petit test sur les rudiments du golf et les savoir-faire théoriques et pratiques). Petite balade de 2,5 Km entre les bras de la Seine (la Fitbit peut témoigner) à la recherche des petites balles blanches. Cadre bucolique où l’Homme s’astreint à m’expliquer les différentes utilisations des clubs, les types de terrains et le comptage des points pour se rapprocher du « par« .

img_4035

Enfin, le réconfort arrive ! Le chocolat chaud du club house ! Après le nettoyage des clubs (et oui, il faut entretenir le matériel, c’est un peu précieux un golfeur, non?). Et les 2h en extérieur par ce temps frisquet ! Bilan ? Malgré le froid et quelques moments d’attente (cela ne bouge pas assez pour moi), c’était quand même bien agréable et inspirant d’accompagner l’Homme et de l’entendre parler de son nouvel hobby. En témoigne ce petit article.

Pour info, nous étions au Golf de L’île Fleurie.